Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/08/2017

En région LR les sports d'eau vive ont le vent en poupe, pas les jeux vidéos de foot

Après un mois de juillet mitigé, le mois d’août a fait le plein de touristes y compris dans les activités de pleine nature et de sports d’eau vive comme le rafting, le kayak ou autre air-boat.

Le stade d’eau vive de Foix (site du Rebech) réputé pour son bassin naturel qui a accueilli en 2010 les championnats du monde junior, est un site idéal pour pratiquer ces activités de pleine nature, riches en sensations fortes, loin des jeux vidéos que les jeunes pratiquent à profusion aujourd'hui : on pense aux jeux de "sport" comme FIFA 18  ou nba 2K18   qui font exploser les marchés des transferts de crédits fifa entre joueurs par exemple : voir le site de crédits fifa stat-foot

Les sports d'eau en LR

Foix Canoë Kayak Eaux Vives propose pendant la période estivale des activités touristiques : rafting, kayaks gonflables ou bateaux gonflables jusqu’à huit personnes sur des circuits qui peuvent durer trois heures (embarquement à Garrabet jusqu’au Rebech).

Une traversée en osmose avec la nature, la rivière mais également la faune des berges encore très sauvages.

Le passage du Pont du Diable est un grand moment d’émotion et le circuit se termine en beauté avec le passage des rapides (de classe 3), un peu technique certes mais c’est tellement bon pour l’adrénaline!

Il existe aussi pour les moins téméraires un parcours «découverte» au départ de Ferrières, arrivée à Foix avec un petit rapide pour se mettre dans l’ambiance.

Pour toutes les options «tourisme» proposées par le club, des moniteurs sont là pour l’encadrement mais les sensations sont garanties.

D'autres sports d'eau vive en LR en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=rEPEWkvfWjE

 

 

01/07/2017

film montrant la région de Perpignan dans les années 30

petit film faisant la promotion du Roussillon et de ses villes il y a près d'un siècle

 

 

 

 

 

02/04/2017

Les Corbières vues par Drône

belle video reportage sur les Corbières depuis un drône :

 

 

27/01/2017

loisirs créatifs : foulards a peindre

Les loisirs créatifs regroupent un vaste ensemble de travaux manuels à faire chez soi : couture, déco, peinture, ... tous les arts manuels sont convoqués pour faire de petites réalisations personnelles fort jolies souvent.

La peinture sur soie est un de ces domaines : on peint des foulards en soie, des écharpes, des éventails, des cravates, des nappes de table, des coussins etc.

exemple : Motif de Foulard a peindre : les fleurs et l'oiseau vert http://www.perpi.comxa.com/foulards-soie-peindre-motif-fl...

Ingrédients :

- Foulards de soie Pongé 5 ou Pongé 8
- Diluant anti-fusant
- Couleurs à l'aniline
- Crayon noir type "Mars"

le résultat est impressionnant mais il faut le coup de main !

exemple : https://www.youtube.com/watch?v=8gu0WjlpilI

 

A vous de jouer, il est conseillé de travailler sur de la soie Pongé qui est de la soie de Chine

 

 

 

 

 

 

11/01/2017

L'Abbaye de Combelongue à Couserans

 

Il y a des lieux chargés d’Histoire qui sont pourtant hors du temps...

Lovée dans la verdure entre Foix et Saint-Girons, tout près de Rimont, c’est le cas de l’Abbaye de Combelongue.

Un ensemble qui a retrouvé son allure grâce aux soins prodigués par l’heureux propriétaire des lieux depuis 20 ans

Aujourd’hui, c’est une demeure privée ouverte à la visite (qui sert aussi de cadre à des évènements ou des réceptions, avec une partie de chambres d’hôte).

Il y a eu la rénovation des bâtiments d’abord, qu’il fallait sauver de la ruine. Mais aussi la création des jardins, qui semblent toujours avoir été là (le jardin médiéval, le jardin renaissance, un théâtre de verdure, des jardins à la française, un verger).

Même le paysage qui entoure l’abbaye a été pensé pour préserver cette impression d’être niché dans un écrin de verdure.

«Cela paraît naturel mais tout cela est très réfléchi !» explique l’attentif protecteur des lieux, qui a aussi beaucoup appris des archives pendant ces années de travail.

Combelongue, seule abbaye du Couserans portant en ses murs 900 ans d’Histoire, a levé quelques uns de ses mystères.

Fondée en 1138 par le Conte de Pallars, l’édifice roman est de style mudéjar (espagnol). Et au moyen-âge, l’abbaye était beaucoup plus grande que ce qu’elle n’est aujourd’hui.

abbaye.JPG«C’était une très grande abbaye comparable à celle de Moissac, commente t-il, elle accueillait des chanoines. Et toutes les grandes familles de la région lui confiaient un de leurs enfants»

L’ensemble a ensuite beaucoup souffert pendant les guerres de religion (XVIème), quand la révolution française finira d’apporter son lot de pillages et de destructions.

Ce sont ces péripéties qui expliquent que le cloitre ait disparu. Classé monument historique dans les années 90, l’abbaye traverse aujourd’hui des temps plus cléments.

Mais il ne compte pas s’arrêter là, et souhaiterait créer une reproduction en 3D de l’église et du cloitre «pour que les gens puissent imaginer à quoi cela ressemblait. Une école d’architecture pourrait être intéressée»

 

03/12/2016

valorisation et de conservation de la grotte du Mas d’Azil - Ariège

 

Après la découverte en novembre 2011 d’un gisement archéologique exceptionnel datant de l’Aurignacien, le planning de chantier avait été totalement bouleversé.

En urgence, la commune décidait de modifier le projet architectural en abaissant d’environ 50 cm les appuis de la toiture sur la paroi nord pour les sortir du secteur archéologique. Les gisements sont dorénavant protégés permettant la reprise des travaux.

Les techniciens de l’entreprise retenue travaillent à la pose de la charpente métallique.

Quatre poutres treillis de 30m de long vont traverser de part en part le parvis de la grotte pour soutenir la toiture à double courbure du bâtiment réalisé en zinc. et on ne parle pas de peinture tadelakt ici.


L’objectif : obtenir un bâtiment sans fondations qui épousera les lignes de la grotte



Le nouveau parcours de visite a été testé par de nombreux touristes cet été qui l’ont trouvé bien plus adapté et moins difficile à suivre.

Une bonne nouvelle pour le  directeur Economie et Tourisme au Conseil général de l'Ariège, qui espère voir la fréquentation de la grotte passer de 30 000 à 45 000 visiteurs par an.

D’ici la fin octobre, la charpente métallique sera en place. Les techniciens s’attaqueront alors au plan de couverture et au plancher bas. Puis les façades latérales seront élevées.

Enfin, le chantier de la passerelle qui permettra le cheminement des visiteurs du parking à la grotte et qui surplombera la rive de l’Arize débutera à la fin du mois pour s’achever début janvier.

Si tout se déroule comme prévu, la date d’ouverture au public est déjà fixée .

Le projet de visite virtuelle de la partie ornée de la grotte inaccessible au public avance bien aussi. Il devrait d’ailleurs promettre quelques surprises.


Coût global du projet : 3,5 millions d’euros subventionnés à 80% par la Région, l’Etat et le conseil général de l’Ariège.

L’impact financier sur le budget de la commune sera nul puisque le solde est pris en charge par les recettes de l’entrée de la grotte et du musée. Un montage qui permet à la commune de réaliser d’autres projets importants.

 

19/11/2016

Haute-Ariège : 150 m3 de bois tractés par une mule

 

 

En vallée de Vicdessos, 85% du territoire est géré par l’Office National des Forêts.

Des vallées souvent encaissées, des pentes vertigineuses et des forêts peu praticables.

Pour pallier à ces inconvénients, un chantier original vient de débuter dans la forêt de Goulier: il s’agit d’une coupe d’éclaircie un peu particulière car elle fait intervenir la traction animale en lieu et place des traditionnels engins forestiers.

«Nous avons ici un vrai enjeu environnemental, paysager et qualitatif, explique le responsable de l’unité territoriale Val d’Ariège-Pays d’Olmes. Ce mode de débardage a moins d’impact visible sur le milieu»

Une volonté affichée de l’ONF de jouer la carte du développement durable et de l’économie de proximité puisque l’on a fait appel à des partenaires locaux, que ce soit pour le bûcheronnage ou pour le débardage, remis au goût du jour dans la vallée par un jeune agriculteur installé à Miglos.

Cette pratique ancestrale est particulièrement bien adaptée à la montagne ariégeoise.

«Nous sommes ici au cœur du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises, dans une forêt domaniale traversée par le GR 10, créée artificiellement à la fin du XIXe siècle pour lutter contre les problèmes d’érosion.

Ces sont des parcelles de résineux, plus exactement de mélèzes, une essence introduite dans les Pyrénées à cette époque-là.

C’est un bois particulièrement recherché pour les charpentes et les menuiseries d’extérieur. Il se récolte ici mais il part ensuite en Catalogne sur de petites unités de sciage.

Dans le cadre de nos missions de gestion, nous sommes obligés de réaliser ces coupes pour améliorer les peuplements.

Pour une coupe aussi difficile d’accès et de si faible rendement (entre 150 à 200 m3), il est préférable de faire intervenir la traction animale
» poursuit le technicien ONF.

Sur place, Alexandre équipe Pompon son cheval et sa mule poitevine de trois ans: collier, traits et palonnier pour attacher les billes de bois.

«C’est mon premier chantier, jusqu’à présent je travaillais en traction animale exclusivement sur mon exploitation. C’est une spécialité que j’essaie de développer»

Un travail propre et économique qui devrait faire des émules.

 

23/09/2016

une étape gastronomique au coeur des Pyrénées ariégeoises

 

Ceux qui ont su apprécier les talents de cuisinier de Bernard à l’époque où il gérait le refuge des Estagnous, au bout du chemin à quatre heures de marche de là, retrouveront avec plaisir «sa» joue de bœuf longuement confite, le cassoulet, le chou farci ou «son» incomparable merlussade, un plat traditionnel ariégeois à base de morue servi à l’occasion des fêtes de Noël.

Côté menu gastronomique, le maître des lieux nous propose des déclinaisons très personnelles, salées ou sucrées autour du foie gras, une pintade farcie aux écrevisses ou ses trois volailles gigognes, le «best-of» de la saison passée (canard, poulet, et pintade désossées imbriquées les unes dans les autres avec une fabuleuse sauce aux ris de veaux et morilles).

A cela ajoutons côté douceurs, la croustade maison, les tartes aux fruits de saison ou les glaces de Philippe Faur, maître glacier à Saint Girons…

mont.JPGAprès de telles agapes, le visiteur peut envisager une excursion dans la réserve naturelle du Mont Valier, une partie de pêche, une promenade le long du Ribérot jusqu’à la cascade de Nérech ou pour les moins téméraires, une petite sieste sur la terrasse de la Maison du Valier… bref de quoi nous réconcilier avec les sports de pleine nature.